Les travailleuses du sexe en danger face au coronavirus

Toute l’année les travailleuses du sexe sont face à de nombreuses problématiques, la police, le manque de reconnaissance de l’État, mais aussi le manque d’aide qui les mets tous les jours en danger. En ces temps de confinement, leur vie devient encore plus dangereuse. Le lundi 6 avril, la Fédération Parapluie Rouge, collectif qui réunit toutes les associations de santé des travailleuses du sexe, appelle le président Emmanuel Macron à mettre en place un “fonds d’urgence” pour aider les prostituées qui sont frappés de plein fouet par “une insécurité financière extrême” depuis la mise en place des mesures pour lutter contre le coronavirus. 

Dans cette lettre adressé à l’État, le collectif demande la mise en place d’un dispositif dans le but de “permettre un revenu de remplacement le temps du confinement, sans condition de régularité de séjour” aux travailleuses du sexe, dont l’activité est à l’arrêt depuis le début du confinement.

″À court terme, certaines travailleuses du sexe parmi les plus démunies se retrouvent contraintes de braver le confinement, non pas de gaieté de cœur, mais faute de moyens de subsistance car il s’agit de survivre”.

Fédération Parapluie Rouge.

Il est aussi question des violences subis par ces femmes : « En ce moment, on parle beaucoup des femmes victimes de violences intraconjugales car on sait qu’il y a une recrudescence. On parle aussi des sans-abri mais personne ne parle des prostituées. Pourtant, elles en font partie des sans-abri et beaucoup sont des femmes victimes de violence », dénonce Claire Quidet.  

Mais au cœur du gouvernement notamment au sein du secrétariat d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, on sait que cette demande n’a presque aucune de chances d’avoir une réponse positive. “Par définition, il est très compliqué pour l’État d’indemniser une personne qui exerce une activité non déclarée telle que la prostitution”, explique l’entourage Marlène Schiappa au HuffPost.

Le secrétariat met en avant les mesures déjà prise par le gouvernement pour aider les populations les plus fragiles : “En ce qui concerne l’hébergement, l’État conduit déjà un effort exceptionnel en dégageant de nouvelles capacités du secteur hôtelier, et par réquisition de places d’hébergements supplémentaires. Les associations qui accompagnent les personnes en situation de prostitution peuvent mobiliser ces solutions d’hébergements pour des mises à l’abri”, en précisant que “les aides sont maintenues et la trêve hivernale est repoussée pour éviter les expulsions du domicile”.

La même source va rajouter que “nous soutenons par des conventions pluriannuelles les associations nationales qui assistent et accompagnent les personnes en situation de prostitution, ceci pour leur donner les moyens de pérenniser leurs actions telles que les maraudes, les points d’accueils dans certains départements, les permanences téléphoniques et d’hébergement, y compris pendant le confinement”. Cet source va conclure sur le fait que “les personnes qui exercent un métier sous le statut d’auto-entrepreneur sont indemnisées”.

Pourtant, il faut rappeler que très peu de travailleuses du sexe travaillent sous ce statut. Beaucoup de prostituées sont en situation irrégulière, ce qui rajoute une contrainte en plus car elles ne sont pas éligibles aux aides mises en place par le gouvernement. Le HuffPost a recueillie le témoignage d’une prostituée le 28 ans qui avoue : “Je ne dispose pas du statut légal me permettant de prétendre aux aides proposées par l’État. C’est comme si je n’existais plus”. Celui-ci nous montre les limites des mesures. Par ailleurs, « Certaines prostituées se sont mises sous le statut d’auto-entrepreneur ou se déclarent dans des activités de soin à la personne, par exemple. Mais 80 % des prostituées en France sont étrangères, souvent victimes de réseau de traite et donc sans aucun statut du tout. Toutes ces personnes sont évidemment dans des situations difficiles », alerte Claire Quidet, présidente du « Mouvement du Nid », dans Ouest France.

«En temps de pandémie, j’encourage chacun à être responsable et à privilégier la masturbation et le sexe à distance, au téléphone ou via webcam. J’espère qu’une partie des collègues, et donc des clients, se tourneront vers le sexe en ligne. J’espère que les personnes qui se découvrent des vocations de camgirls ou de camboys ont conscience de l’intensité de ces métiers. Et que tout le monde va payer pour son porno !»

Judith, créatrice du compte Instagram tapotepute.

Les travailleurs du sexe sont aussi mis en danger. Slate a recueilli le témoignage de Thierry Schaffauser, travailleur du sexe et militant au sein du Strass, le Syndicat du travail sexuel en France. Il avoue avoir «fait qu’un seul client, un habitué qui avait surtout besoin de contact humain, je pense». Ces personnes n’ont parfois pas le choix que d’aller travailler, et surtout le travail du sexe nécessite la plupart du temps un rapprochement physique.

De nombreuses associations mettent en avant le danger des expulsions de travailleuses du sexe qui sont dans l’incapacité de payer leur chambre d’hôtel ou leurs loyers, même si il y a eu l’allongement de la trêve hivernale. Celles-ci ont mises en place des cagnottes en ligne pour éviter que les travailleuses du sexe se trouve encore plus en danger.

Une élue de l’Allier à écrit à Marlène Schiappa pour lui demander que des “aides financières et matérielles” soient mises en place pour les travailleuses du sexe. Courrier signé par plusieurs parlementaires LREM. 

Pour soutenir les associations qui aide les travailleuses.travailleurs du sexe comme c’est le cas de tapotepute, deCabiria, du Strass, d’Acceptess-T pour la communauté trans qui est aussi victime de cette période difficile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s